La Recrudescence Des Arnaques Au Faux Crédit

La Recrudescence Des Arnaques Au Faux Crédit

Avec l'éclosion des plate-formes de crowdfunding dans le paysage français, un nouveau schéma d'escroquerie s'est développé sur le web à travers les sites 2.0 et dans les messageries électroniques : de fausses offres de prêts en ligne octroyés en un temps record, sans aucun apport, avec 0 garanties et par des gens se présentant comme des investisseurs particuliers. Il s'agit bien évidemment d'une tentative d'escroquerie, mais l'abondance des fausses annonces sur ces sites en dit beaucoup sur l'étendue du problème. Ainsi, énormément d'internautes sont tombés dans le piège du fait de cette escroquerie.

De quelle façon opèrent-ils ?

Faire croire à une promesse de prêt rapide

L’escroquerie au crédit prend généralement l'aspect d'un synopsis avec plus ou moins de vraisemblance. Pour l'escroc, cette phase est capitale parce qu'il sait que la réussite de sa tromperie est en grande partie due à la croyance ou non en son histoire. Quand il veut appâter le plus grand nombre de victimes possibles, il fait écrire et publie une annonce sur des sites avec beaucoup de fréquentation comme les réseaux sociaux ou les forums publics. Certaines pages populaires ne modèrent pas les pages de discussion visibles par tous, ce qui devient alors un terrain privilégié des escrocs.

Pour faire simple, l'arnaqueur se présente en tant que personne qui dispose d'un héritage qu'elle souhaiterait faire fructifier par l'octroi de crédits avec un taux très compétitif. Par moments, il se fait passer pour un retraité rentier qui souhaite sortir du système financier traditionnel dans le but de montrer l'image d'une personne noble visant à faire évoluer positivement la société. Ce stratagème poursuit un but précis : profiter du désarroi financier des gens faibles en tentant de leur expliquer qu'un crédit est envisageable, même avec peu de revenus. Il propose de leur accorder un crédit, même s'ils ont déjà des crédits à rembourser. Une fois que la demande est acceptée, l'escroc promet le virement de l'argent très rapidement avec des échéances qui peuvent s'étaler jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
S'il est clair pour la plupart des gens que des offres de ce type sont improbables, il n'en reste pas moins que des personnes se trouvant financièrement au pied du mur peuvent tomber dans le piège à cause de cette illusion de financement rapide qui les attire.

Donner des signes de sérieux et de confiance

Sur la toile, tout le monde peut inventer une identité avec un peu de créativité. C'est ainsi qu'opèrent les escrocs au faux crédit qui créent intégralement un personnage inventé qui saura coller avec leur histoire. Dans un premier temps, ils s'efforcent à donner un nom et prénom français à ce faux profil. Pas d'utilisation donc de noms étrangers qui pourraient faire fuir certaines personnes. La victime doit avoir l'impression que le prêteur se trouve aux alentours. Dans un script bien orchestré, l'escroc peut tenter de passer pour une personne âgée ou fraîchement retraitée. Certains vont jusqu'à exiger les fiches de paie à la victime, d'autres préfèrent lui demander de donner des réponses à des questions sur son travail. Pour accroître un peu plus sa crédibilité, l'escroc n'hésitera pas à concevoir de multiples faux personnages qu'il contrôlera pour publier de fausses recommandations qui viendront faire l'éloge de la proposition.

Valider chacune des demandes

Quand la personne ciblée est persuadée du sérieux de l'opération, notre faux prêteur peut maintenant passer aux choses sérieuses. Il explique qu'il valide sa demande de d'emprunt, mais demande le règlement de frais de dossier par mandat pour boucler la demande. Ces frais divers peuvent monter jusqu'à quelques centaines d'euros et servent à compenser la durée passée par le prêteur à traiter sa demande. Ces frais sont, d'après lui, indispensables pour libérer le capital. En cas de paiement, notre escroc lui demandera ensuite de s'acquitter d'une prime d'assurance de prêt obligatoire. Sauf que, la victime ne recevra pas son prêt et notre faux prêteur encaissera les virements avant de s'évaporer.


Comment prévenir de telles arnaques ?

En France, tout le monde n'a pas l'accréditation pour octroyer un prêt et le crédit Stop aux arnaques au crédit rapide particuliers reste une activité encadrée. Si un individu ou une organisation fait de la vente de services financiers en ligne, le site doit impérativement afficher ses informations légales ainsi que les CGV. Pour obtenir le statut d'établissement de crédit, chaque organisme doit être en possession d'un agrément de L'Autorité de Contrôle Prudentiel et d'une immatriculation au registre ORIAS. N'importe quel site de prêt entre particuliers doit impérativement être en possession de ces agréments, auquel cas il s'agit sans doute d'une arnaque.

Ensuite, il faut savoir que les délais pour obtenir un crédit ne sont pas aussi rapides et qu'il faut compter à peu près 2 semaines avant l'obtention des fonds en banque. Même si une personne avait de l'argent à placer ainsi, il ferait une profonde et longue analyse de tous les dossiers avant de jeter son dévolu sur les plus solides.
Enfin, un organisme n’octroierait jamais un quelconque prêt (immobilier, personnel ou à la consommation) à un demandeur qui est fiché à la Banque de France pour incidents de paiement.